fbpx

La femme du mois #Décembre17

La femme du mois #Décembre17

Chaque mois, nous mettons à l’honneur un acteur du Team SS76. Ce mois-ci, nous avons choisi Elise Russis. Portrait d’une jeune perchiste pleine d’avenir.

 

Elise Russis est encore une toute jeune athlète puisqu’elle n’a que 14 ans. Cette élève de 3e au collège Fénelon d’Elbeuf passe le brevet à la fin de l’année, tout en s’illustrant dans les deux disciplines sportives qu’elle pratique : la perche et l’acrogym. Difficile pour la petite dernière de la famille Russis d’échapper à la pratique de la perche. Pourtant, lorsqu’on lui demande si elle n’avait pas un peu de pression de la part de son père et de ses frères, elle répond par la négative. « Quand j’étais petite je ne voulais pas faire de la perche mais de la gym. Mes frères m’incitaient à les rejoindre mais j’ai toujours refusé. Jusqu’au jour où ils ont arrêté de me le dire, l’envie m’est alors venue ».

Elise pratique la perche depuis quatre ans. A l’origine, elle est plutôt gymnaste puisqu’elle exerce cette discipline depuis le CM1. Mais cet apprentissage, au sein du club NR Gym d’Elbeuf, est vraiment devenu sérieux depuis un an, puisqu’elle pratique de l’acrogym en trio (NDLR avec Angèle Labro). Elle participe notamment aux Championnats de France Elite en Espoir.

L’autre fait marquant de cette jeune perchiste, c’est sa capacité de progression. Le 3 décembre, lors des Départementaux d’épreuves ouvertes Minimes, Elise battait son record dans la salle de Val-de-Reuil. Désormais, l’elbeuvienne hisse son record à 3,51m et se place ainsi à la seconde place du bilan français. Et oui, rien que ça !

 

Notre entretien avec Elise Russis

Quels sont tes objectifs sportifs à long terme ?

Je ne me fixe pas d’objectifs à long terme mais plutôt sur la saison en cours. Ainsi, cette année, j’aimerais faire 3,70m. Je n’arrive pas encore à me projeter. Mes études seront toujours la priorité. J’ai envie de profiter de tout cela, au moins pendant mes années de Cadette et de Junior. J’ai bien conscience que c’est extrêmement compliqué de vivre de ce sport.

 

Et justement, cela n’est pas trop compliqué de concilier ta vie de collégienne avec celle d’athlète ?

J’ai plutôt des facilités donc cela m’aide pas mal. Je n’ai pas besoin de beaucoup de temps pour travailler. Mes week-ends sont très pris entre les compétitions et le travail de la semaine. Mais ça va, j’arrive à tout faire !

 

Le 10 février prochain, nous organisons le Perche Elite Tour. Que représente cette compétition pour toi ?

C’est une super compétition, on a la chance d’avoir le meilleur plateau ! C’est un moment que je ne loupe surtout pas. L’année passée, mes bus n’étaient pas passés j’avais donc pu accompagner mon père pour la préparation. J’avais pu rencontrer Barber, Menaldo, Morris et Feger. C’était super cool. J’espère que mes bus ne passeront pas non plus cette année.

 

Passons maintenant à ton portrait sottevillais.

 

  • Te souviens-tu de ta première victoire ?

Je crois que c’était à l’occasion de ma première compétition lors des Départementaux en Benjamine 1. En général, on n’est pas très nombreux lors de ces compétitions. Je me souviens que j’étais assez fière car j’avais battu une fille plus âgée. En plus, les garçons et les filles étaient mélangés, j’avais donc battu aussi les garçons !

 

  • Comment réagis-tu en compétition ? Plutôt stressée ou plutôt cool ?

Je ne suis pas très stressée à l’inverse des rencontres de gym. La perche c’est très détendu, sans grande pression. Après, généralement, il y a le stress de la première barre et donc la peur de faire zéro. Mais une fois lancée, je me sens bien dans le concours. La gym c’est plus stressant car l’esprit n’est pas le même, et surtout nous sommes trois. Donc si tu rates, tu faire rater les autres.

 

  • Quel est ton pire souvenir en athlétisme ?

Une compétition pourrie. J’avais fait un zéro, j’étais seule dans mon concours, il pleuvait et je n’avais pas envie d’y aller. Donc vraiment aucunes bonnes conditions. Ça n’a pas duré très longtemps donc ça n’est pas très grave.

 

  • Quelle est la séance d’entraînement que tu redoutes ?

En stage, lorsqu’on doit faire des haies ou d’autres choses de ce type. Je n’aime pas et je ne suis pas très douée pour ça.

 

  • Tu es élue Présidente du Stade Sottevillais 76, quelle est ta première décision ?

Je sais bien que cela est compliqué. Mais je pense que je ferais construire une salle. J’ai la chance de pouvoir m’entrainer à Val-de-Reuil, mais j’ai conscience que tout le monde ne peut pas y accéder.

 

  • Si nous devions renommer le stade Jean Adret, quel nom proposerais-tu ?

Je n’ai pas trop d’idées…

 

  • Alors, y-a-t-il un athlète que tu admires ?

J’aime bien Sandi Morris. J’avais pu parler avec elle lors du Perche Elite Tour de l’année passée. Après, je n’ai pas vraiment d’admiration pour quelqu’un. J’aime bien ces athlètes mais je ne suis pas pour autant fan.

 

  • Quel athlète aurais-tu rêvé d’affronter ou rêverais-tu d’affronter ?

Forcément, Yelena Isinbayeva, Sandi Morris mais aussi Marion Fiack ou Ninon Guillon-Romarin. Je connais bien Ninon. Elle est vraiment super agréable. Même si elle augmente carrément le niveau, elle reste encore très simple et abordable.

 

  • Quel livre emporterais-tu sur une île déserte ?

J’ai lu beaucoup de livres, mais je n’aime pas particulièrement les relire. Mais pour autant, je pense que je prendrais les Harry Potter.

 

  • Si tu devais convier cinq personnes connues à un dîner, quelles seraient-elles ?

J’inviterai Ninon Guillon-Romarin, Yelena Isinbayeva, Emma Watson, Millie Bobby Brown de Stranger Things ainsi que les acteurs masculins de cette même série.

 

  • Quel est ton sport préféré hors athlétisme mais aussi hors gym ?

Je suis allée voir récemment un match de hockey sur glace et j’ai vraiment aimé ! J’aime aussi le patinage artistique, même si je ne pourrais jamais en faire car je ne suis vraiment pas assez souple.

 

  • Quelle est la qualité que tu apprécies le plus chez les autres ?

L’ouverture d’esprit. Le fait d’être chaleureux et donc de parler facilement avec les autres.

 

Merci Elise !

facebook
twitter
youtube