fbpx

La femme du mois #Janvier18

La femme du mois #Janvier18

Chaque mois, nous mettons à l’honneur un acteur du Team SS76. Ce mois-ci, nous avons choisi Anne Maquet. Portrait d’une athlète au caractère bien trempé.

 

Anne Maquet débute l’athlétisme à 5 ans. La jeune femme a toujours eu son « petit » caractère puisque c’est sa maîtresse, la voyant trop dissipée en classe, qui conseille à ses parents de l’envoyer sur une piste d’athlé. « Ça a plu à mes parents car je rentrais KO ».

L’athlète débute au SPN Vernon, puis rejoint le Stade Sottevillais 76 en 2015, alors qu’elle est Espoir 2. « Je suis venue faire mes études à Rouen. Cela allait de soi que je signe dans le club où j’étais ». Entraînée par Arnaud Bunel, Anne n’a fait que progresser depuis trois ans. Elle est notamment l’une des chefs de file du sprint régional.

L’année 2018 semble de bon augure pour la sprinteuse de 23 ans. En effet, elle bat très nettement son record sur le 200m le 21 janvier à Val-de-Reuil le plaçant désormais à 24’’30. Elle en fait de même le 7 janvier, en bouclant son 400m en 57’’84. Anne montre ainsi une bonne forme sur ces deux disciplines complémentaires à sa distance de prédilection, où elle affiche une fidélité à son très haut niveau.

 

Notre entretien avec Anne Maquet

Nous sommes aujourd’hui à Liévin pour les Championnats de France Elite. Cela devient une habitude de te rencontrer lors de ces Championnats.

Certes c’est une habitude mais cela reste toujours compliqué de se qualifier. Je fais des Championnats de France depuis que je suis Junior. C’est un rendez-vous que je ne veux vraiment pas louper. Pour moi, c’est limite plus important que les Championnats de France Espoirs ou bien les Championnats de France Cadets/Juniors. Car là, les 16 meilleures françaises sont présentes. On touche vraiment au plus haut niveau français.

 

Anne, tu as marqué le mois notamment par tes belles prestations sur le 200m et le 400m. Ton nouveau contexte d’entraînement y est certainement pour quelque chose.

Depuis la rentrée, je suis venue vivre à Caen. J’ai changé d’entraîneur, j’ai changé de mode de vie, de mode d’entraînement. Ma vie à Caen est plus accès sur l’entraînement, j’y consacre beaucoup plus de temps. A Sotteville, je passais plus de temps sur mes études. Bref, beaucoup de changements qui paient.

 

Comment es-tu venue à la vitesse ?

De manière très simple. Mon premier entraîneur m’a dit « tu es faites pour ça ». Au début, je faisais des haies, du sprint et un peu de longueur. Je me suis ensuite consacrée entièrement au sprint.

 

Comment arrives-tu à concilier ta vie d’athlète avec ta vie personnelle ?

Cette année c’est beaucoup plus simple car toutes les conditions sont réunies pour que je fasse de l’athlétisme à quasi plein temps. Je suis actuellement en service civique à Caen en attendant de passer le BPJEPS (Ndlr : Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport). Pour autant, avant j’arrivais quand même à m’organiser car je suis une fille têtue pour qui l’athlétisme est essentiel.

 

 

Passons maintenant à ton portrait sottevillais.

  • Te souviens-tu de ta première victoire ?

Oui, c’était un triathlon à Gaillon en salle. Ça m’a marqué car j’ai gagné une coupe qui était hyper imposante. En plus, c’était l’une des rares fois où mes parents étaient présents à l’une de mes compétitions.

 

  • Quel est ton pire souvenir en athlétisme ?

Mon faux départ lors des Championnats de France de Val-de-Reuil. Je l’ai vraiment mal vécu car cela n’était pas un vrai faux départ. Mon pied tremblait dans la cellule parce que je n’arrivais pas à gérer mon stress et je savais que j’allais pouvoir faire quelque chose. Ils nous ont laissé courir 35m puis ont déclaré le faux départ. C’était vraiment horrible.

 

  • Quelle est la séance d’entraînement que tu redoutes ?

J’ai du mal à redouter une séance car je pars du principe que je vais à l’entraînement pour travailler.

 

  • Tu es élue Présidente du Stade Sottevillais 76, quelle est ta première décision ?

J’essaierai de changer la façon de faire des interclubs. Que l’on puisse intégrer le plus de monde possible dans nos deux équipes. Pour que chaque membre d’un groupe d’entraînement puisse vivre l’ambiance et se rassembler autour de ces événements.

 

  • Si nous devions renommer le stade Jean Adret, quel nom proposerais-tu ?

Allyson Felix !

 

  • Quel athlète aurais-tu rêvé d’affronter ou rêverais-tu d’affronter ?

Allyson Felix à nouveau ! C’est mon idole. Tout le monde sait, que pour moi, c’est l’Athlète. D’ailleurs, j’ai le même surnom qu’Allyson Felix : chicken legs !

 

  • Quel livre emporterais-tu sur une île déserte ?

Celui d’Usain Bolt. Je l’ai lu, et j’ai ensuite regardé le film. J’ai aimé parce qu’il explique vraiment tout, il ne se cache pas. Ce n’est pas forcément un athlète qui m’inspire mais je trouve que ce qu’il a fait est vraiment très fort et a contribué à faire connaitre l’athlé auprès de tous.

 

  • Si tu devais convier cinq personnes à un dîner, quelles seraient-elles ?

J’inviterai Marianne Debicki, Claire Renaud, Charlotte Jeanne, Eugénie Hue et ma petite sœur Sarah Maquet !

 

  • Quel est ton sport préféré hors athlétisme ?

Le ski ! J’adore. J’ai commencé très jeune car ma mère est originaire de Haute-Savoie. On s’est tous mis au ski. J’ai arrêté car cela n’est pas très compatible avec l’athlé, mais je vais partir pendant les vacances. Je pense que si je n’avais pas vécu en Normandie mais en Savoie, je ne serais pas allée sur un tartan mais plutôt sur des skis. Forcément, en ce moment, je suis pas mal les Jeux.

 

  • Quelle est la qualité que tu apprécies le plus chez les autres ?

L’humour, mais aussi le fait qu’ils soient souriants. Si les personnes n’ont pas ces deux qualités je n’arrive pas à m’intéresser à eux.

 

  • Si tu étais un hashtag ?

#Nike

Mon père m’a offert ma première paire de Nike, du coup c’est resté ! Je fais collection des Nike. J’en ai 75 paires… mais ça c’est à cause d’Allyson Felix !

 

Merci Anne !

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

facebook
twitter
youtube