La femme du mois #Février18

La femme du mois #Février18

Chaque mois, nous mettons à l’honneur un acteur du Team SS76. Ce mois-ci, nous avons choisi Ilionis Guillaume. Portrait d’une triple sauteuse talentueuse.

 

Ilionis débute l’athlétisme à 7 ans, et ce après avoir essayé de multiples sports (jusqu’à en pratiquer quatre en même temps !). L’athlète a longtemps hésité entre les haies et le triple saut ; deux disciplines où elle trustait avec les meilleurs niveaux. Mais son choix s’est naturellement fait lorsqu’elle a décidé de suivre son coach Teddy Tamgho à Reims. Auparavant, Ilionis s’entraînait avec Laurence Billy et Teddy Tamgho à Boulouris.

Désormais, elle profite du très bon niveau, mais également de la très bonne ambiance, de ce groupe de triple sauteurs rémois. D’ailleurs, c’est également à Reims qu’elle étudie en BTS Négociation Relation Client.

Du haut de ses 20 ans, la néo-sottevillaise peut déjà se targuer d’un beau palmarès. En juillet 2017, elle décrochait la Médaille d’Argent aux Championnats d’Europe Junior à Grosseto avec un saut mesuré à 13,97m. Dernièrement, lors des Championnats de France Elites indoor de Liévin, Ilionis réalisait son premier saut au-delà des 14m et affichait désormais une marque à 14,07. C’est d’ailleurs ce saut qui lui offre la Médaille d’Or de ces Championnats. Une chose est certaine, cette médaille ne sera pas la dernière…

 

Notre entretien avec Ilionis Guillaume.

Jusqu’à la saison dernière tu étais licenciée au club de Montpellier. Quel élément t’a motivé à rejoindre le Stade Sottevillais 76 ?

Cela faisait un moment que j’avais envie de rejoindre le Club. C’est Anne Maquet qui m’a motivé et m’a encouragé à le rejoindre. Enfin, le fait que je ne sois plus dans ma région a motivé encore plus mon choix. Cela me rapproche. C’était une opportunité pour moi.

 

Quels sont tes objectifs à longs termes ?

Je souhaite aller aux Jeux Olympiques et y remporter un titre ou du moins faire un podium. A court terme, je veux gagner tous les Championnats qui vont se mettre en place comme les Championnats d’Europe cette année où je veux réaliser un podium.

 

Passons maintenant à ton portrait sottevillais.

  • Te souviens-tu de ta première victoire ?

Oui, c’était lors des Pointes d’Or. Cela m’a marqué car j’ai eu peur de ne pas la remporter. C’était un triathlon avec de la hauteur, du triple saut et du 80m haies. A l’époque, c’était sur la hauteur où j’étais assurée d’avoir des points mais j’ai malheureusement raté mon épreuve. Mais c’était vraiment mon premier stress de compétition car j’ai eu peur de ne pas avoir le titre. Heureusement je me suis rattrapée sur les autres épreuves. J’ai donc finalement remporté cette compétition.

 

  • Comment réagis-tu en compétition ? Plutôt stressée ou plutôt cool ?

Cela dépend des compétitions et de leurs enjeux. Habituellement je ne suis pas stressée lors des Régionaux et Départementaux. Cette année, aux Championnats de France de ma catégorie je n’étais pas du tout stressée. Par contre, je l’étais un peu lors des Championnats de France Elite. C’est tout simplement par rapport au fait que je devais faire une certaine performance. Cela faisait longtemps que j’attendais ce moment.

 

  • Quel est ton pire souvenir en athlétisme ?

Franchement, je ne sais pas lequel je pourrais choisir… Je pourrais dire les Championnats du Monde Cadet où j’ai fait deux fois quatrième à deux centièmes sur les haies et à deux centimètres sur le triple saut. Et en même temps je passe à côté d’un podium pour peu. C’était frustrant car j’étais allée là-bas pour faire un podium, mais j’avoue qu’à ce moment-là je n’étais pas encore assez mature et pas assez sérieuse pour faire en sorte que ça marche.

 

  • Quelle est la séance d’entraînement que tu redoutes ?

Je ne redoute pas spécialement de séance, car quoi qu’il arrive elles sont toutes difficiles. Dans tous les cas, il faudra se dépasser, et ce même à l’entraînement. Au final, ce sont les mêmes intentions et les mêmes efforts, quelque soit le type de séance.

 

  • Combien de fois t’entraînes-tu par semaine ?

Cela dépend des semaines. En principe je m’entraine du lundi au vendredi. Parfois, j’ai des séances de côtes le samedi. Et il peut m’arriver de doubler les séances le mardi et le jeudi.

 

  • Y-a-t-il un athlète que tu admires ?

Non pas vraiment…

 

  • Quel athlète aurais-tu rêvé d’affronter ou rêverais-tu d’affronter ?

Franchement, si j’arrive à affronter Caterine Ibargüen, la triple sauteuse colombienne, c’est que vraiment… mais cela n’est pas un rêve car je vais tout faire pour. Ce ne sera pas seulement pour l’affronter mais pour faire mieux qu’elle.

 

  • Quel livre emporterais-tu sur une île déserte ?

Je ne suis pas du tout barrée lecture. Si je devais prendre un livre, ce serait quelque chose qui m’apprenne sur mon sport.

 

  • Si tu devais convier cinq personnes connues à un dîner, quelles seraient-elles ?

J’inviterais cinq personnes d’origine haïtienne, comme moi, avec qui nous pourrions avoir un projet pour Haïti. Je ferais donc un diner avec Beyonce, Jay-Z, Will Smith, Missy Elliott et Lebron James.

 

  • Quel est ton sport préféré hors athlétisme ?

Je ne suis pas vraiment, mais j’aime beaucoup le football américain. J’aime bien, mais je ne regarde pas non plus tout le temps les matchs. Si je n’avais pas fait d’athlétisme, je me serais intéressée à la pratique de ce sport.

 

  • Quelle est la qualité que tu apprécies le plus chez les autres ?

Il n’y en a pas une plus que d’autres. Tout dépend de moi et de mon envie d’aller vers les autres. Que la personne soit avenante ou non, cela dépendra de mon humeur.

 

Merci Ilionis !

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

facebook
twitter
youtube