fbpx

L’Homme du Mois #Janvier19

L’Homme du Mois #Janvier19

Chaque mois, nous mettons à l’honneur un acteur de la Team SS76. Ce mois-ci, nous avons choisi Fabrice Dabla. Portrait d’un sprinteur aux grandes ambitions.

 

Fabrice débute l’athlétisme lorsqu’il est au lycée dans son pays natal, le Togo. C’est suite aux conseils d’un de ses professeurs, qui le remarque en cours, qu’il décide de continuer l’athlétisme et de s’inscrire dans un club. « Je ne m’entraînais pas quand mon coach m’a vu à l’école, c’était sur un exemple de saut en longueur et j’ai sauté sept mètres ! Je me souviens même de ses paroles « Mais toi tu viens d’où, tu sors d’où ?! » raconte Fabrice. Très vite, le jeune homme s’investit dans ses entraînements et voit ses chronos descendre sur le 100m et le 200m, qui sont alors ses disciplines phares. Il obtient d’ailleurs la Bourse de la Solidarité Olympique qui lui permet d’aller s’entraîner au Sénégal, dans le Centre International d’athlétisme de Dakar, puis de venir en France et de participer aux plus grands championnats. En 2016, il représente son pays aux Jeux Olympiques, à Rio.

C’est en octobre dernier, après avoir demandé sa mutation au club de Pithiviers, où il était licencié, que le jeune homme de 26 ans arrive à Rouen. Il signe au Stade Sottevillais 76 suite aux conseils de ses amis du Centre Régional Jeunesse et Sports (CRJS) de Petit-Couronne déjà licenciés au club. Il intègre donc le groupe d’entraînement d’Amadou M’BAYE et affiche déjà un début de saison prometteur avec un record personnel sur le 60m de 6’’79 réalisé au Meeting Elite en salle de Nantes.

 

Notre entretien avec Fabrice Dabla

Tu fais maintenant parti du groupe d’entraînement d’Amadou Mbaye où tu retrouves certains de tes amis. Comment se passe ton début de saison en tant que sottevillais ?

Très bien, je suis un peu en retard puisque je suis arrivé ici en octobre. J’ai rencontré Amadou. On a beaucoup parlé comme on ne se connaissait pas avant. Je ne savais pas s’il avait déjà entraîné un athlète de mon niveau … Vu qu’on s’entend bien on se dit tout et ça se passe bien !

 

Tu t’entraînes combien de fois par semaine ?

Là je m’entraîne 5 fois par semaine, d’habitude je m’entraîne 6 fois mais ça dépend de ce que j’envisage et puis ce qu’il y a devant moi, les compétitions de prévues, le planning …

 

Tu me parles de ton emploi du temps, donc tu te consacres juste à tes entraînements ou tu as un travail à côté ?

Non je n’ai pas encore de travail mais je recherche parce qu’après c’est ma vie quoi ! Il va falloir faire quelque chose, je vais m’occuper d’une famille un jour ! Je voudrais devenir coach. Après, je connais pas mal de choses aussi dans le bâtiment et le génie civil. J’ai fait mes études dans ce domaine.

 

Depuis la rentrée tu t’engages en tant qu’animateur pour l’école d’athlé. Peux-tu nous en dire plus ?

J’apprécie le contact avec les enfants et puis j’aime partager tout ce que je connais, toutes mes aventures dans le sport et je le fais aussi pour développer le sport dans l’avenir. Je le fais depuis que je suis à Orléans et à Paris, donc j’ai l’habitude !

 

Concernant tes entraînements, tu as certainement des objectifs en tête, lesquels ?

Mon objectif c’est de réaliser les minima des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et les Championnats du Monde de Doha en 2019.

 

Et au niveau des chronos ?

Au niveau des chronos pour le 100m j’envisage carrément 10’’10 et au 200m courir en moins de 20’’40 quand même parce que là je suis en 20’’98. Alors il faut encore du travail mais bon ça descendra !

 

Ton intégration ici se passe bien ?

Oui ça se passe bien. Bon il faut un travail aussi pour pouvoir se lancer dans quelque chose et pour dire que ma vie ça va bien. Là maintenant ce n’est rien que la vie sportive, rien que de se concentrer sur les entraînements. Évidemment les entraînements c’est important mais il faut quelque chose d’autre à côté quand même !

Après pour mon intégration dans le club, ici, j’ai l’impression que quand on ne se connaît pas on ne se parle pas. Pourtant on est dans le même club ! Mais moi je ne suis pas comme ça ! Je trouve ça dommage, dans le sport ce n’est pas comme ça ! Ici chacun reste dans son coin, avec son coach et ça ce n’est pas bon !

 

Tu es originaire du Togo. L’athlétisme est-il beaucoup pratiqué dans ce pays ?

Dans le domaine du sport au Togo, je peux te dire que c’est principalement le foot. Tout le monde veut faire du foot !

 

Alors comment t’es-tu retrouvé à pratiquer l’athlétisme ?

Ah j’ai joué au foot aussi ! Mais j’ai choisi l’athlé parce que j’aime l’athlétisme ! Après j’ai commencé l’athlé au lycée, c’est un de mes professeurs, qui a été mon coach, c’est lui qui m’a donné envie de continuer et c’est lui qui m’a conseillé. Il m’a dit que si je voulais je pouvais devenir un champion un jour ! Et voilà, je me suis lancé dedans ! C’est lui qui m’amenait tout le temps au stade et il m’aidait financièrement et tout ! Je voyais aussi les vidéos de Usain BOLT, je me disais « on est du même gabarit alors pourquoi pas moi ! ».

 

Passons maintenant à ton portrait sottevillais.

Te souviens-tu de ta première victoire ?

C’était lors des Championnats nationaux au Togo, je pense. Après il y a eu une compétition entre les cinq pays de l’Entente de l’Afrique de l’Ouest où j’ai été sélectionné. J’ai terminé troisième je crois et après ça a continué comme ça ! C’était sur 100m et 4x100m. Moi de toute façon c’est le sprint donc c’est 60m, 100m, 200m et 4x100m. Et je fais les quatre !

Mais c’est plus le chrono qui compte ! Tu ne peux pas être juste content sur la victoire en disant « oui j’ai gagné ». Il faut un chrono ! C’est ça la signature d’un athlète. Pour nous les athlètes du sprint, je peux te dire que la victoire ça compte mais ce qui compte le plus c’est le chrono ! C’est le chrono qui te fera fêter ta victoire, graver aussi ton nom en disant que oui tu es athlète, tu as fait ceci, tu as fait cela.

 

Quel est ton pire souvenir en athlétisme ?

Aux Championnats du Monde en 2017. J’ai aussi raté un podium aux Jeux de la Francophonie. Je suis sorti cinquième, ou sixième je crois, parce que je ne m’étais pas bien concentré sur ma finale et c’est ça qui m’a fait louper ce podium.

 

Quelle serait ta première décision en tant que Président ?

Fédérer les athlètes, organiser des rencontres entre les sportifs du club. Par exemple une soirée comme ça pour que les gens se connaissent, s’entendent bien, pour parler du sport … ça pourrait créer des amitiés !

Après, pour le moment je ne peux pas dire parce que je suis nouveau ici mais beaucoup de mes amis m’ont parlé du club en me disant voilà Sotteville c’est comme ça. Moi je suis venu d’abord bouche fermée et je vais voir ce que ça donne avant de dire tout ce qu’il ne va pas (rire).

Sinon, si j’étais Président je voudrais aussi veiller à ce que les athlètes soient dans de meilleures conditions pour s’entraîner, pour leur vie, pour leurs avantages aussi.

 

Si nous devions renommer le stade Jean Adret, quel nom proposerais-tu ?

Je ne sais pas, mais déjà Jean Adret je ne le connait pas, je ne sais pas qui c’est !

Mais moi si je devais renommer ce stade un jour, comme je vais marquer le club et que je vais faire graver mon nom, selon mon chrono, je peux proposer mon nom si c’était possible ! (rire)

C’est ça que je veux faire : marquer le club ! Pour le moment, je ne dis rien parce qu’on est beaucoup, il faut d’abord se cacher, cacher son secret et après ils vont être étonnés. Mais je veux faire de grandes choses pour le club de Sotteville !

 

Quel athlète rêverais-tu d’affronter ?

Bah … j’ai déjà couru avec Usain BOLT, j’ai déjà couru avec Yohan BLAKE, bon pas GATLIN mais on s’est déjà vu donc là maintenant …

Moi je cours avec qui j’ai à côté de moi, peu importe ! Je suis un sprinteur, je suis un coureur de 100m et 200m donc je peux affronter qui que ce soit de ma discipline, même qu’il soit le meilleur, c’est la ligne d’arrivée qui compte pour moi.

 

Quel livre emporterais-tu sur une île déserte ?

Je lis des fois mais j’écoute plus la musique. Je suis inspiré par la musique parce que ça me fait, ça me dit beaucoup de choses. Je m’échauffe avec ma musique parce que ça enlève des fois le stress et ça te motive, tu ne penses pas à autres choses, tu penses à ta course, à toi-même, comment tu vas y arriver, comment tu vas franchir la ligne d’arrivée et voilà !

 

Quelle est ton application favorite ?

D’abord c’est WhatsApp, après Messenger, Instagram et Youtube. Je suis tout le temps connecté sur ces quatre applications ! J’aime trop ça !

 

Si tu devais convier cinq personnes connues à un dîner, quelles seraient-elles ?

Si je devais en inviter ? Plutôt mes amis ! Moi je veux inviter mes meilleures potes sur piste !

 

Quel est ton sport préféré hors athlétisme ?

Le foot. Des fois, je m’amuse aussi avec le basket.

 

Quelle est la qualité que tu apprécies le plus chez les autres ?

Ne pas être orgueilleux, être sociable, partager l’amour du sport avec eux et voilà ! Donc on pourrait dire le partage !

 

À l’inverse, quel est le défaut qui te rebute le plus ?

Dans le domaine du sport, moi je n’aime pas les gens orgueilleux. Ceux-là ne veulent pas rire, pas sourire aux gens ils sont fermés. Moi je ne veux pas être comme ça !

 

Merci Fabrice !

 

A.L

1 Comment

  • Dabla kokouvi Posted 31 janvier 2019 23 h 07 min

    Courage fréro le meilleur reste à venir tu le seras

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

facebook
twitter
youtube