fbpx

L’Homme du mois #Avril19

L’Homme du mois #Avril19

Chaque mois, nous mettons à l’honneur un acteur du Team SS76. Ce mois-ci, nous avons choisi Innocent BOLOGO. Portrait d’un sprinteur pour qui l’athlétisme représente toute sa vie.

 

Innocent BOLOGO est originaire du Burkina Faso. Ce sprinteur né a beaucoup voyagé dans le cadre de sa pratique de l’athlétisme. Il s’entraine d’abord au centre d’entrainement au Togo puis au Sénégal au centre international d’athlétisme de Dakar. Il arrive au Stade Sottevillais 76 en 2014, dans le cadre de du dispositif de préparation des Jeux de Rio 2016.

 

Innocent découvre l’athlétisme lors d’une détection en 6e. Il est très vite repéré par ses professeurs pour ses qualités de sauteur puis de sprinteur. L’athlète aime rappeler une anecdote de ses débuts. Etant irrégulier à l’entrainement, son coach, qui était également son prof d’EPS, baissait ses notes de sport pour chaque entrainement loupé. Il nous confie, avec le sourire, que cette méthode s’est vite révélée très fructueuse…

 

Aujourd’hui, le sprinteur concilie ses entrainements, ses études en STAPS, les entrainements des jeunes et sa désormais récente fonction de membre du Comité de Directeur.

 

 

Notre entretien avec Innocent.

 

Tu as fais une belle rentrée ce mois-ci avec les meetings de Barentin et de Vernon. Quels sont tes objectifs de la saison ?

Me qualifier pour les France Elites sur 100m et 200m et faire de bonnes performances au 2e tour des Interclubs. Et pour finir participer aux Jeux Africains au Maroc en réalisant les minima.

 

Tu viens d’intégrer le Comité Directeur, pourquoi cette volonté ?

Dans le cadre de mes études, je voulais apprendre comment fonctionnait une structure sportive. Je suis en licence 3 en STAPS en éducation motricité mais j’ai également une licence 3 management en STAPS. Cela m’apportera une belle expérience.

 

Tu as de multiples casquettes au Stade puisque tu es également entraineur pour les jeunes.

En effet, avec mes études, j’ai appris à intervenir, gérer un groupe, planifier des programmes… Avant j’animais Révélations Sports durant 3/4 jours mais là, toute une saison c’est différent. On apprend beaucoup plus. De plus, étant athlète, je sais ce que les enfants ressentent : le stress, la pression etc… J’apprends beaucoup mais ce qui est important est de partager ce que je connais, ce que j’ai appris à travers mon parcours. A la fac on apprend le théorique et ici on met en place la pratique.

 

Quels sont tes projets professionnels d’avenir, t’es tu déjà imaginé un après athlétisme ?

C’est encore un peu flou mais ce qui est sûr c’est que je veux rester dans le domaine du sport. Le sport c’est ce que j’ai fait toute ma vie, je n’ai jamais arrêté une année, je ne vois donc pas un futur sans. Cependant la licence entrainement m’attire également, alors pourquoi pas recommencer dans ce domaine. Je veux avant tout être polyvalent.

 

Que t’a apporté le fait d’être sportif de haut niveau ?

Grâce à l’athlétisme, j’ai pu beaucoup voyager, j’ai vécu beaucoup de choses. Cependant le sport de haut niveau, ça demande beaucoup de sacrifices et de sérieux. Il faut être régulier, s’entrainer dur. La pression c’est le pire, on attend tellement de toi, il faut savoir gérer beaucoup de choses à la fois. Après ça fait parti du sport, c’est le jeu et ce que j’ai appris, je pourrais l’appliquer dans ma vie future.

 

Passons maintenant à ton portrait Sottevillais.

 

Te souviens-tu de ta première victoire ?

Pas forcement de ma première victoire mais de la plus marquante. C’était en 2006 à un meeting au Burkina où il y avait des internationaux. J’étais junior, engagé au couloir 8 sur le 200m. A la sortie du virage, je vois que je suis dans les trois premiers. Je remporte la course, je ne m’y attendais pas. C’était la première fois que je descendais en dessous des 22 secondes. C’était la soirée de la révélation puisqu’ensuite je me qualifie aux Championnats du Monde Junior !

 

Accordes-tu de l’importance aux victoires ?

Pas vraiment, plus au chrono. C’est bien les victoires mais si les chronos ne sont pas bons, elles n’ont pas la même valeur. Tu peux être dernier d’une course et réaliser ta meilleure performance. A l’inverse, on peut gagner une course et faire un temps très mauvais. Une victoire avec un temps catastrophique ne signifie rien pour le coach.

 

Quel est ton pire souvenir en athlétisme ?

Le fait de m’être blessé dans la semaine du premier tour des Interclubs en 2014. Je venais d’arriver au club, j’avais fait une bonne saison hivernale. J’ai donc loupé le premier et le second tour des interclubs. Ça a été dur moralement pour moi.

 

Si nous devions renommer le stade Jean Adret, quel nom proposerais-tu ?

Le Stade Jérôme Petit, puisque qu’il a vu tout ce qui s’est passé au Stade depuis Minime. Il a vécu toutes les évolutions et tous les changements. Il est toujours là, c’est un monument.

 

Quel athlète aurais-tu rêvé d’affronter ?

Bolt, ça aurait été un honneur. Lors des Championnats du Monde en 2013 à Moscou, il était là mais malheureusement nous n’étions pas dans la même série.

 

Quel livre emporterais-tu sur une île déserte ?

Je ne lis pas beaucoup en dehors de ce qu’on me demande de lire à la fac, c’est donc difficile de choisir un livre.

 

Si tu devais convier quatre personnes connues à un dîner, quelles seraient-elles ?

Bolt, Snoop Dogg, Lewis Hamilton et Samuel Eto’o pour son histoire. Il est parti de rien pour devenir ce qu’il est, et il essaie toujours de donner aux autres. Ils ont tous un style différent et ils m’inspirent tous.

 

Quel est ton sport préféré hors athlétisme ?

Le foot, je suis pour le PSG.

 

Quelle est la qualité que tu apprécies le plus chez les autres ?

La simplicité.

 

A l’inverse, quel est le défaut qui te rebute le plus ?

Chacun à ses défauts, on ne peut pas contrôler. Je ne peux pas empêcher quelqu’un d’être ce qu’il est. Je vois beaucoup plus le coté positif que les défauts chez les gens. Les défauts sont incontrôlables, on est amené à vivre avec les autres, il faut donc s’adapter. Personne n’est parfait !

 

Merci Innocent !

1 Comment

  • Malick Diallo Posted 4 mai 2019 0 h 46 min

    Bravo bologo et bonne continuation.et chapeau bat à ce club qui sait valoriser ses atthletes et merci bcp pour cet entretien tres riche en enseignement

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

facebook
twitter
youtube